mercredi 13 juin 2018

Ad accedendum ad caelum, terram fodere opportet

Ad accedendum ad caelum, terram fodere opportet


Il faut fouiller la terre pour accéder au ciel 


Il est des trajets en train, des lectures qui ponctuent 2 jours d'exploration en spagyrie avec Matthieu Frécon 


Et puis, il y a quelques semaines, lors d'une brocante les Oeuvres de Nicolas Flamel 

...

Je me souviens, enfant de la petite pièce dans laquelle mon père distillait les semences d'angélique 
...

( Il faudra que je réveille ce souvenir dans Le petit Livre accordéon sur mon enfance ) 

...

         


                           

                             

                                 

                                    

                                      

Et puis, séparer, dissocier, chercher l'essentiel pour transformer et recomposer autrement ...
Goûter aux papilles la mémoire de ces transformations et laisser dire ce qui veut se révéler plus subtilement 
...

Nous avons rencontré lors de ce week-end La Fée verte 

...

Je reviendrai plus en détail sur cette expérience 
...

Pour l'heure, je me mets en quête d'une tête de Maure et d'un alambic 

...

Et je souris aux bouillons blancs qui se sont invités au jardin 

...

...



dimanche 27 mai 2018

Sur les traces de mon enfance ... Balbutiements ...

Qui es-tu, petite ?
Il me faudra trouver le trait
Oscillant aux frondaisons de fond
L'Océan et l'Etherique des végétaux est bien du même univers
Quel est donc cet archange qui s'y lie ?
Cocci ...
Petite bête du bon Dieu
Tu te souviens, Yves, des récoltes d'angélique et des coccinelles que nous reccueillions avant de les libérer
...



Sourire
...

  
" Dis , Jean, on va où quand on meurt ? "
" Quand on meurt, on ne meurt jamais, jamais, jamais ... "
Je me revois petite au pied de cette échelle,
près de cette machine à éliminer la poussière des semences
...


" Dis Jean ... "
...


Il est des rendez-vous insoupçonnés ...
Catharsis ...
...


Sur les traces de mon enfance ...


Il est des rendez-vous de circonstance 
...


Rendez-vous des simples et des ailes d'anges
...



A l'antre du Cabinet de Curiosités, là en cette frontière subtile de la naissance et de la mort 
Je suis venue sur terre


Voilà un moment que me titillait un livre sur mon enfance



Il me faudra retirer la poussière des ballots de semences
Lever doucement le voile des sensations enfouies
Sculpter à coup sûr une poésie inventée



Je plongerai plus encore au coeur de l'herboristerie
Angélique, soucis, mauves et guimauves
Racines de valériane me seront vigiles


Qui es-tu petite ?
Toi dont l'unique photo a survécu au temps et aux déménagements
...

Quels sont tes idéaux ?
...


Inattendu, impromptu
Testament et le souvenir de mon frère défunt
...


Ma vue se brouille un peu mais j'irai confiante
A l'instar du pas décidé de cette petite


Poétiquement 
A pas de loup
A pas de chat
A pas d'enfant


Les pages s'animeront doucement

J'irai mon intuition 

J'irai mes souvenirs inventés et réels 

...

vendredi 11 mai 2018

J'ai déplié les pages du Livre ...



J'ai déplié les pages du Livre



L’ombre s’est faite complice
Juste un murmure

La pierre se souvenait des marées


Et le minimalisme contait


Il disait les âges d’antan


Elle a souri

Devenue prêtresse à cet oracle de jadis


Juste un soupir

Et sourire

La pierre tressaillait



Il est des temps d’éternité
Des socles de mystes

L’autel, parfois se révèle au détour du chemin

Se taire alors


Se taire et se dépouiller


 
...


samedi 6 janvier 2018

Je suis allée treize nuits ...


Il est au cosmos
Un souvenir ancien déjà
En ces temps lointains
Descendait
Lentement
L’âme réservée
D’hiérarchies en hiérarchies
Nulle tâche en son sein
Eternelle sa patience
Elle vint aux hommes
Une nuit de grand froid
Une nuit anonyme
Une nuit chère aux bergers
Elle vint à ceux –ci
Ceux-là mêmes
Qui de par leur piété
Conversaient avec la terre 
Ceux-là mêmes
Qui conservaient de par leur simplicité
Une grande profondeur de cœur
Ils entendirent du haut des monts
Chanter allègrement les anges
Chant inspiré
Au cœur-même des bergers
...
...
...
Il est au cosmos
Un autre souvenir
Un souvenir ancien déjà
Naquit une âme 
De grande lignée
Nombreux furent ses séjours
De temple en temple
Par les Mystères, façonnée
S’y prosternèrent les rois
S’y recueillirent les puissants
S’y rendirent les mages
Ceux-là mêmes
Qui de par leur sagesse
Savaient lire les astres
D’imaginations ils se nourrissaient
« Pour père, le Soleil
Pour mère, la Lune
Le vent l’a porté dans son ventre »
Vinrent les mages
Ceux-là mêmes
Qui de par leur sagesse
Conversaient aux hiérarchies
Ceux-là mêmes qui en images
Suivaient des yeux les descentes d’âmes
La voûte, livre leur était
Spirituels ils étaient 
...
...
Et j’irai ces Temps
En totale liberté
J’irai debout
Je plongerai plus encore
Aux faîtes des mystères
Debout 
Entre terre et ciel
J’irai de pair
Ecouter chanter Isis
Je lirai au ciel les dires de la Sophia
Miroir démantelé
D’un Osiris reconstitué
J’irai
J’irai treize nuits
Lentement 
Profondément
En révérence







Et le cours du temps ...



Et le cours du temps continue sa course en sous-apparence 
...






lundi 1 janvier 2018

J'irai 12 nuits saintes ... (suite) ...

Il est au cosmos
Un souvenir ancien déjà
En ces temps lointains
Descendait
Lentement
L’âme réservée
D’hiérarchies en hiérarchies
Nulle tâche en son sein
Eternelle sa patience
Elle vint aux hommes
Une nuit de grand froid
Une nuit anonyme
Une nuit chère aux bergers
Elle vint à ceux –ci
Ceux-là mêmes
Qui de par leur piété
Conversaient avec la terre 
Ceux-là mêmes
Qui conservaient de par leur simplicité
Une grande profondeur de cœur
Ils entendirent du haut des monts
Chanter allègrement les anges
Chant inspiré
Au cœur-même des bergers
...
...
...
Il est au cosmos
Un autre souvenir
Un souvenir ancien déjà
Naquit une âme 
De grande lignée
Nombreux furent ses séjours
De temple en temple
Par les Mystères, façonnée
S’y prosternèrent les rois
S’y recueillirent les puissants
S’y rendirent les mages
Ceux-là mêmes
Qui de par leur sagesse
Savaient lire les astres
D’imaginations ils se nourrissaient
« Pour père, le Soleil
Pour mère, la Lune
Le vent l’a porté dans son ventre »
Vinrent les mages
Ceux-là mêmes
Qui de par leur sagesse
Conversaient aux hiérarchies
Ceux-là mêmes qui en images
Suivaient des yeux les descentes d’âmes
La voûte, livre leur était
Spirituels ils étaient 
...
...
Et j’irai ces Temps
En totale liberté
J’irai debout
Je plongerai plus encore
Aux faîtes des mystères
Debout 
Entre terre et ciel
J’irai de pair
Ecouter chanter Isis
Je lirai au ciel les dires de la Sophia
Miroir démantelé
D’un Osiris reconstitué
J’irai
J’irai treize nuits
Lentement 
Profondément
En révérence